Le Royal Tennis Club de Liège

Fondé en 1885 par Mesdames P.Trasenster et M. Habets, Messieurs E. de Laveley, J. Desoer, M. Trasenster, M. Gérard, L. Nagelmackers, G. et M. Laloux et P. Neujean.
Edouard de Laveley était le premier Président du R.T.C.L.

le R.T.C de Liège est, quant à l’ancienneté, le second des cercles belges de tennis.
Il commença par élire domicile 'rue du Vieux Majeur', au cœur du quartier de Fragnée, à cinq minutes de marche de la gare des Guillemins. Au bout de quelques années, il se transporta dans le parc de 'L’Abbaye du Val Benoit', au bord de la Meuse, non loin des limites de la ville.
Là, ses dix courts s’étendaient dans un site calme et verdoyant, encadré de beaux arbres, orné de bosquets de lilas et avoisinant un vaste étang roselier ou s’ébattaient des poules d’eau. Le Club demeura au Val Benoît jusqu’en 1931 et y connut la plus glorieuse époque de son histoire.
En 1932, le Club se transporta de nouveau sur le flanc boisé de la colline du Sart-Tilman grâce aux efforts conjuguées de Mr. R. Laloux et Mr. E. Dupont.

C’est parmi ses membres que se trouvèrent les premiers champions de Belgique: Mr. R. de Rossius, qui étrenna le palmarès en 1895.
Mr. M. Nagelmackers, qui lui succéda en 1896, et, de nouveau, Mr. R. de Rossius qui reconquit son titre en 1897. Puis surgit Mr. W. le Maire de Warzée, lequel, déjà champion en 1901 le fut ensuite pendant cinq années d’affilée, de 1906 à 1910.
Un peu plus tard, en 1914. Mr. L.Trasenster remporta à son tour le simple de messieurs. D’autre part, Mr. F. Anciaux fut champion junior de Belgique en 1911.

En double, le championnat national fut gagné en 1897 par Mr. R. de Rossius et Mr. M. Nagelmackers.
Mr. L. Trasenster et Mr. W. le Maire de Warzée se l’adjugèrent sept fois, entre 1901 et 1909.
Mr.L. Trasenster le décrocha une huitième fois en 1912, en 1908 il gagnait avec Mlle M. Dufrénoy, en 1909 en 1910 avec Mme J.Chaudoir.

Les dames inscrivirent au tableau d’honneur de notre Club, de nombreux et brillants succès: Mlle M. Habets gagna le championnat féminin de Belgique en 1897, année de sa création.
Mme P. Trasenster fit de même en 1898, 1900 et en 1904.
Mme P. Comblen en 1899 et en 1901: nous eûmes, peu après, le règne de Mlle Marie. Defrénoy, l’une des meilleurs joueuses belges de tous les temps: elle était brillantes, menant le combat à vive allure, attaquant sans cesse, elle déployait un jeu d'un éclat magnifique, dont le style était ravissant et la vigueur impressionnante. Elle atteignit à la classe internationale et fut championne nationale cinq fois en six ans, entre 1905 et 1910: elle ne défendit pas son titre en 1909 et ce fut Mme J. Chaudoir qui s’en empara. De plus, Mlle Marie Dufrénoy fut deux fois championne en double de dames, Mme J. Chaudoir deux fois également et Mlle M. Trasenster, pur-sang Liéègeoise, qui devint Mme R. Dupont, fut championne trois fois entre 1906 et 1913.

Bref, de 1895 à 1914, les représentant de notre cercle rivalisèrent sans désavantage, dans la lutte amicale pour la suprématie, avec leurs sympathiques adversaires du Léopold Club de Bruxelles.

Mr.Louis Transenster

Grand et corpulent, c'était un joueur du type lourd. Il était pourtant magistrale à la volée, et y montait continuellement. Au fond du court, la vélocité et la résistance physique lui faisaient défaut et, de surcroît, il n’était guère patient. N’ayant qu’un coup droit sans relief, mais décochant des revers très agressifs, il saisissait la moindre occasion de s’installer à proximité du filet, où, anticipant à merveille, il multipliait les actions d’éclat.

Mlle Marie Dufrénoy

Elle était réellement brillante . Elle fut peut-être notre meilleure raquette féminine d’avant 1914.
Menant le combat à vive allure, attaquant sans cesse, elle déployait un jeu d’un éclat magnifique, dont le style était ravissant et la vigueur impressionnante. Sa carrière fut courte et étincelante. 

Mr. Willy le Maire de Warzée

Il eut une très longue et belle carrière et fut le plus redoutable rival de P. de Borman.
Il avait un excellent coup droit, très plat et d’une régularité métronomique, un bon revers et un ‘lob’ tiré au cordeau, il avait surtout un jeu de jambes extraordinaire, allié à un souffle qui ne le trahissait jamais, il trottinait au fond du court, pendant des heures, s’il le fallait, sans donner le moindre signe de fatigue, et retournant inlassablement la balle, très près des lignes, dix fois, vingt fois et davantage, à chaque échange. Il usait ses adversaires et en fit capituler
beaucoup qui semblaient plus fort que lui.
On conserve sur globe, en Hollande, une balle qui, lors d’un match qu’il livra à van der Feen, passa et repassa plus de cent cinquante fois au-dessus du filet pour le gain d’un seul point…

«La Vie au grands Air» 1901 et 1903 
En 1901, M.Willy Lemaire de Warzée un jeune joueur belge de grand avenir est devenu le champion de Nice Lawn Tennis Club. du grand tournoi international le 18 mars et les jours suivants.
En 1903, la première semaine de mars était le tournoi continental à Monte Carlo . Il jouait contre les plus grandes raquettes: Doherty, Ritchie, Riseley etc.

Le plus grand champion de tennis de Spa est M. Willy le Maire de Warzée. De plus c’est le joueur belge ayant eu la plus longue carrière et un palmarès exceptionnel.
Six fois champion de Belgique en 1901, puis de 1906 à 1910, sept fois, champion de double avec Louis Trasenster, vingt-sept fois en équipe nationale.

De 1920 à 1925, à l’exception de Jean Washer (père de Philippe Washer), il réussit à battre tous les joueurs belges.
Il rempota 117 championnats en Belgique et à l’étranger.
Il s’adjugea définitivement les coupes challenges du Léopold club, d’Ostende, du Racing et de Spa.
Il fit au club de Spa, de la coupe van der Burch qu’il avait gagnée quatre fois.

Il joua la finale de la coupe Davis à Wimbledon avec Paul de Borman.
En Allemagne, il enleva le championnat; du Palatinat et d’Aix-la Chapelle
en Suisse, celui de Génève en Italie, deux fois le tournoi de San Remo.

Gazette sportive : le tennis liéègeois a une histoire.
Textes et photos R.T.C. Liège.
Livre d'Or de la Fédération R.B. De lawn Tennis 1902- 1952
 
The brand’s grand complication Ref. 5016 is certainly is one of  those pieces, and I think now that an example in steel sold at this year’s Only replica watch for a record breaking 7.3M CHF (said by some to be the highest price ever paid for a , a little movement in the market for all other variants of the reference wouldn’t be out of the ordinary.